Ma vie, mes finances

S'assurer quand on pratique un sport dangereux

Hiver comme été, les sports extrêmes sont de plus en plus populaires. (Corbis)Addiction, envie de se prouver, recherche de sensations fortes… La pratique de sports à risque tend à se populariser, avec un nombre de plus en plus grand de sports dangereux. Cela nécessite de s’assurer en conséquence.

Mais attention, les assureurs canadiens se montrent frileux face aux sports extrêmes, comme le saut en bungee, le saut en parachute, la plongée sous-marine, etc. «Ces prouesses qui font froid dans le dos ne sont pour la plupart pas couvertes par les contrats standards des compagnies d’assurance vie», prévient Claude Di Stasio, porte-parole de l’Association canadienne des compagnies d’assurances de personnes.

Pour plus de sécurité, vous devriez donc déclarer à votre assureur la pratique d’un sport à risque dès votre adhésion. Si ce sport fait l’objet d’une exclusion, la plupart des compagnies ne vous offriront aucune protection. Mais quelques-unes, généralement les plus grosses, pourraient essayer de vous accommoder. En contrepartie, vos primes vont augmenter, bien entendu.

Ce sera alors à vous d’évaluer si le coût en vaut la chandelle. Ian Bergeron, un escaladeur qui a fondé le site Escalade Québec, remarque pour sa part que peu d’alpinistes sont prêts à payer le double pour être assurés, estimant que les risques d’accident sont minces.

L’assurance voyage
Les assurances voyages ont aussi tendance à exclure les sports à risque de la protection. Le problème, c’est que si vous n’êtes pas couvert, la facture peut grimper très vite. Frais de chirurgie, d’hospitalisation, de recherche en mer ou en montagne, de rapatriement… Qui paiera la note? Malheureusement, vous ou vos proches…

Pour savoir si une assurance voyage vous protège, lisez simplement les exclusions associées au contrat. Et tentez de comprendre leur portée. «Par exemple, si vous vous blessez lors d’une marche en montagne et déclarez que vous portiez des chaussures à crampon, normalement utilisées par les alpinistes, vous pourriez ne pas être indemnisé, prévient Pascal Horvath, courtier en assurances de dommages chez Courtierendirect.com, car l’activité sera associée à de l’escalade.»

De même, les compétitions sont souvent exclues des contrats. Dès lors, même si vous pratiquez un sport très inoffensif, comme le badminton, vous n’aurez pas de protection. «L’assureur s’attardera au mot compétition», dit M. Horvath.

Tout comme avec l’assurance vie, si vous tenez à avoir une couverture, vous réussirez à en trouver une. Mais à quel prix?

Dans les faits, cette protection n’est pas toujours plus dispendieuse. Car ces dernières années, des assureurs comme The Co-operators et Travel Underwriters ont développé des produits adaptés à cette niche.

«Les assurances voyage de ces compagnies comportent beaucoup moins d’exclusions. Par exemple, elles vont seulement refuser de couvrir la plongée sous-marine, le rodéo et les sports motorisés de vitesse», explique Pascal Horvath.

Et elles sont offertes à prix concurrentiel. «La prime d’une assurance individuelle peut jouer entre 82 à 120$ par an, dit le courtier en assurance. On parle alors d’une couverture qui permet plusieurs sorties dans l’année, mais plafonne la durée du voyage à 20 jours.»

Alors, si vous aimez les frissons que procurent les sports dangereux, mais n’aimez pas ceux qu’apportent les dépenses imprévues, prenez le temps de faire le tour de la question avant de plonger.

Cours

 
Cours récents
Symbole Prix Changer % Var. 
Les derniers symboles vus seront automatiquement affichés ici si vous entrez un symbole dans « Entrer symbole/entreprise » au bas de ce module.
Vous devez activer les cookies dans votre navigateur pour voir les plus récents cours.
 
Ouvrir une session pour afficher les cours dans vos portefeuilles.