Blogue Finance de Yahoo Québec

Peut-on s'habiller québécois en hiver?

Kanuk est un incontournable au Québec. (Kanuk)«Made in China», «Fabriqué au Vietnam», «Fait en Hongrie avec des matériaux canadiens». Autant d’appellations qui peuvent faire sourciller les consommateurs québécois, surtout lorsqu’ils veulent se tenir au chaud durant la saison froide.

Est-il possible de faire honneur aux produits de la Belle province quand il est question de ne pas avoir froid? Petit tour des vêtements d'hiver fabriqués ici.

Beaux manteaux chauds
Il y a ceux que l’on connaît, et d’autres que l’on connaît moins, ou pas du tout. En matière de manteaux made in Québec, on ne peut ignorer Kanuk. La petite manufacture montréalaise devenue grande est la première entreprise québécoise de fabrication de manteaux d’hiver. Kanuk emploie maintenant une centaine de personnes et sa philosophie n’a pas changé depuis 1974: «S’habiller pour affronter l’hiver».

Depuis, d’autres ont fait leur apparition, comme Quartz-Nature en 1997. L’entreprise de Saint-Hyacinthe se spécialise elle aussi dans la fabrication de manteaux d’hiver pour hommes et femmes. Anouk, Katarina, Tanya ou Nadine, si vous êtes du sexe féminin, ou Ernest, Adrian ou Evan pour garçons, sont quelques-uns des modèles proposés.

Toujours à Saint-Hyacinthe, Valanga mise depuis 1994 sur l’achat local de produits conçus pour les rigueurs de nos hivers. Leurs modèles ont aussi des noms bien nordiques pour les femmes, mais… italiens pour les hommes! Un petit détour par l’entreprise Canada Goose, qui, même si elle n’est pas québécoise, fabrique tout de même la totalité de ses manteaux pour hommes, femmes et enfants en sol canadien (à Toronto), et ce, depuis 1957.

Pour les filles qui aiment le cuir et les matières recyclées, il y a aussi Cockluch, une jeune entreprise qui offre quelques modèles de manteaux d’hiver, en plus de proposer divers accessoires mode en cuir, dont des sacs et des bijoux.

Bottes pour les intempéries
Et nos pieds, peuvent-ils chausser québécois? Il y a encore quelques irréductibles de la délocalisation, dont l’entreprise montréalaise La Canadienne. Forte d’une expérience de près de 50 ans dans la fabrication de bottes pour les orteils frileux, l’entreprise se targue de faire vivre l’une des dernières fabriques de chaussures au pays.

Sur la 18e avenue, près du boulevard Jarry à Montréal, Chaussure de Luca (du nom du cordonnier italien qui a fondé l’entreprise en 1968) fabrique des bottes d’hiver pour hommes et femmes, dont la collection Anfibio. Leurs produits misent bien sûr sur la qualité, mais ils ont aussi leurs «spécialités»: des bottes plus larges, d’autres que l’on peut porter avec des orthèses, ou encore la collection «Grands pieds» qui chaussent les femmes jusqu’à 14 et les hommes, jusqu’à 19.

Dans la vieille capitale, Auclair et Martineau offre aussi plusieurs modèles de bottes d’hiver, dont plus de 400 modèles de mocassins. Enfin, malgré qu’elle ait délocalisé une bonne partie de sa production, l’entreprise Pajar fabrique encore quelques modèles chez nous. Ce sont les modèles haut de gamme qui remplissent les journées de la cinquante d’employés à Montréal.

Saute-Mouton est une autre entreprise québécoise qui se démarque sur le marché de la chaussure. Tous ses produits sont fabriqués à son usine de Québec, et ce, depuis 1998.

Avoir chaud de la tête aux orteils
Le problème se corse lorsque l’on veut s’habiller de la tête aux pieds en québécois: pantalons de neige, sous-vêtements chauds, et accessoires techniques. Ces articles plus «communs» trouvent moins d’intérêt chez les fabricants québécois.

Il est plus aisé de se tourner vers des entreprises canadiennes (par exemple, Mountain Equipment Coop), voire des marques d’ailleurs qui possèdent de hauts standards de qualité ou sont exigeantes pour la fabrication et les matières, si l’on souhaite se couvrir chaudement de manière responsable.

Pour ce qui est des accessoires comme les tuques, les mitaines ou les foulards, le Québec regorge de petites entreprises qui fabriquent ces items à la main, avec des produits d’ici ou des matières recyclées! Votre tante Ginette peut également aspirer à vous réchauffer avec ses pantoufles ou ses écharpes aux couleurs criardes.

Vive l’hiver québécois!


Cours

 
Cours récents
Symbole Prix Changer % Var. 
Les derniers symboles vus seront automatiquement affichés ici si vous entrez un symbole dans « Entrer symbole/entreprise » au bas de ce module.
Vous devez activer les cookies dans votre navigateur pour voir les plus récents cours.
 
Ouvrir une session pour afficher les cours dans vos portefeuilles.