Blogue Finance de Yahoo Québec

Le défi de l'entrepreneur: survivre aux premières années

Le quart des petites entreprises ne sont plus actives après un an. (Corbis)Vous souhaitez lancer votre entreprise ou êtes entrepreneur depuis peu? Vous avez surmonté tous les obstacles menant à la création de votre projet avec succès? Bravo, mais le plus dur reste à venir…

Une récente étude de Statistique Canada rappelle que les premières années sont déterminantes pour la survie d’une entreprise. L’analyse démontre que, sur l’ensemble des entreprises fondées en 2002, un quart avaient mis la clé sous la porte après un an. Et au fil des années, le bilan s’alourdit.

Les facteurs qui font la différence

Les microentreprises sont les plus touchées puisque seulement 27 % d’entre elles franchissent la barre des sept ans de vie. Les coûts d’entrée étant moins importants pour les petites entreprises, un bon nombre d’entre elles décident de prendre le risque et de se lancer, qu’elles aient les moyens d’être concurrentielles ou non.

De plus, ces entreprises arrivent souvent sur le marché avec un nouveau produit. «Plus il y a d’expérimentation, plus il y a un risque d’échec», indique Anne-Marie Rollin, économiste pour Statistique Canada. «Les entreprises de plus de 50 employés ont les reins plus solides. Elles ont confiance en leur produit et arrivent à trouver plus de financement.»

Le secteur d’activité a également une incidence sur le taux de survie. L’industrie des services a par exemple compté le plus de nouvelles entreprises en 2002… mais aussi le plus d’échecs au fil des années.

Et au Québec?

Un rapport du Ministère du Développement économique, de l’Innovation et de l’Exportation, sorti en mai 2008, indique qu’environ 30 000 entreprises se créent au Québec chaque année. Et 92 % d’entre elles sont des microentreprises.

Malheureusement, le constat est le même qu’à l’échelle canadienne. Seulement 75 % d’entre elles atteindront la deuxième année. Le malheur des uns fait le bonheur des autres puisque, toujours selon cette étude, les structures qui ont survécu à travers les années prospèrent souvent grâce à celles qui n’ont pas eu la même chance.

Après dix années d’exercice, les entreprises, toutes tailles confondues, ont plus de neuf chances sur dix de perdurer encore longtemps.

Ressources et mentorat

«Même s’il n’y a pas de mode d’emploi parfait, un des facteurs du succès d’une entreprise est l’accompagnement», explique Jules Cossette, chef de la recherche en entrepreneuriat pour la Fondation de l’entrepreneurship. «Les ressources et le mentorat proposés aux jeunes entrepreneurs, comme par exemple Réseau M offert par la Fondation, permettent un meilleur taux de réussite dès le démarrage de l’entreprise.»

«D’autres éléments comme les qualités et les aptitudes de la personne qui se lance en affaires sont importants. La confiance en soi, notamment», continue M. Cossette.

Les petites entreprises font souvent preuve d’un manque de planification, concernant les conditions du marché par exemple. Il n’est pas rare qu’elles se retrouvent en concurrence directe avec d’autres, plus anciennes et mieux établies, et qu’elles n’arrivent pas à se tailler une place sur le marché.

En fait, des démarches de base comme la mise en place d'un plan d’affaires ou d'une étude de marché peuvent faire toute la différence.

Cours

 
Cours récents
Symbole Prix Changer % Var. 
Les derniers symboles vus seront automatiquement affichés ici si vous entrez un symbole dans « Entrer symbole/entreprise » au bas de ce module.
Vous devez activer les cookies dans votre navigateur pour voir les plus récents cours.
 
Ouvrir une session pour afficher les cours dans vos portefeuilles.