Blogue Finance de Yahoo Québec

Vive le covoiturage !

Le covoiturage est une solution économique et écologique. (Corbis)L'hiver approche. La majorité des cyclistes urbains ont déjà rentré leur vélo ou sont sur le point de le faire. Il faut trouver une autre façon d'aller au boulot. Pourquoi pas l’un des nombreux services de covoiturage disponibles? Pas si simple.

Le covoiturage a le vent dans les voiles. Un sondage récent mené par AmigoExpress, le chef de file de ce secteur dans la Belle Province avec 136 000 membres actifs, a permis d’identifier les raisons qui poussent les Québécois à partager leur auto.

Bon premier: le facteur économique, puisque que pour les passagers, un lift reste toujours bien moins cher que n’importe quel ticket. Et pour les conducteurs cela permet de diviser les frais de carburant. «Quand le prix de l’essence monte en flèche, nous enregistrons une hausse sensible des appels de gens qui se renseignent sur nos services», explique Marc-Olivier Vachon, fondateur d’AmigoExpress.

En deuxième place, les usagers des services de covoiturage apprécient les rencontres qu’ils font grâce à ce mode de transport convivial. En troisième viennent bien sûr les préoccupations liées à la pollution et à la congestion urbaine.

Pousseux 2.0


Un autre facteur explique le décollage du covoiturage, selon M. Vachon: les technologies de l’information. Ces outils, Internet en tête, facilitent la rencontre de l’offre et de la demande, et ainsi le développement des services.

«Quand nous avons lancé le site AmigoExpress en 2006, nous étions un peu la version informatique du babillard d’université, explique Marc-Olivier Vachon. Sauf que nous offrions en plus une plateforme puissante combinée à un centre d’appel, un véritable service après-vente, plus de sécurité (nous vérifions les permis de conduire) et plus de fiabilité», énumère-t-il.

«C’est le même principe qu’un site de rencontres qui vous évite d’aller cruiser dans les bars», dit-il malicieusement. 

Plutôt long que court


AmigoExpress est spécialisé dans l’interurbain, mais pense lancer en 2013 un service de covoiturage domicile-travail gratuit pour ses membres qui paient 7,50 $ pour avoir accès aux services interurbains.

Les nombreux inscrits constituent d’emblée une importante masse critique de gens motivés, et son site Internet peut être facilement adapté à un fonctionnement métropolitain. Pourtant, l’entrepreneur ne s’attend pas à ce que le domicile-travail devienne le cœur de ses activités.

Car si l’idée de combattre l’auto solo pour se rendre au boulot est séduisante sur papier, elle est difficile à mettre en œuvre. «Quand vous vous rendez en covoiturage quelques fois par an à Québec ou Percé pour une fin de semaine, vous acceptez facilement de rejoindre votre lift à 10 stations de métro de chez vous, et d’attendre un départ le lendemain. Dans le contexte de trajets quotidiens pour aller travailler, la demande est beaucoup plus rigide», explique M. Vachon.

«La place dans l’auto doit être disponible proche de chez vous et de votre bureau, forcément un peu avant 9 h chaque matin et après 17 h chaque soir», précise-t-il. Résultat, les possibilités de lift se réduisent fortement par rapport aux trajets interurbains. Quant à la possibilité d’un service en temps réel via les téléphones intelligents, «on en est encore loin», estime M. Vachon.

Pensez local

Ce qui fonctionne en revanche, ce sont les covoiturages mis en place par les employés d’une même entreprise ou les habitants d’une même localité. Dans ces cas-là, les usagers partagent le même point de départ ou d’arrivée, ou encore les deux. Cette idée est à la base du modèle d’affaires du Réseau de covoiturage, qui fédère 57 000 usagers en Amérique du Nord, dont la moitié environ sur des trajets domicile-travail.

Le Réseau fournit l’expertise, la plate-forme et le support technique aux entreprises et aux municipalités «vertes» qui veulent encourager le partage de véhicules. «Nous nous finançons grâce à ces clients institutionnels, ce qui nous permet d’être 100% gratuits pour les usagers. Ainsi, les gens n’ont rien à perdre à entrer leur trajet quotidien dans notre banque de données, ce qui augmente grandement l’offre», explique Francis Girard-Boudreault, le conseiller aux communications.

Vous n’avez pas non plus forcément besoin d’un site Internet spécialisé et de son algorithme sophistiqué. Le covoiturage, c’est avant tout un réflexe simple à acquérir. Vous pouvez commencer par demander à vos voisins s’ils travaillent dans le même coin que vous. Ou encore à mettre une petite annonce sur les sites comme Kijiji ou Toutmontréal, qui ont déjà une section dédiée au covoiturage.

Cours

 
Cours récents
Symbole Prix Changer % Var. 
Les derniers symboles vus seront automatiquement affichés ici si vous entrez un symbole dans « Entrer symbole/entreprise » au bas de ce module.
Vous devez activer les cookies dans votre navigateur pour voir les plus récents cours.
 
Ouvrir une session pour afficher les cours dans vos portefeuilles.