Blogue Finance de Yahoo Québec

Coopératives alimentaires: du bio pour moins cher!

Des carottes bio, c'est bien meilleur! (Inmagine)Lancée il y a 18 ans par Équiterre, l'Agriculture Soutenue par la Communauté (ASC) offre aux Québécois la possibilité de consommer de la meilleure nourriture en devenant partenaire de fermes biologiques. Un système où tout le monde gagne!

Les coopératives alimentaires ont le vent dans les voiles. Proches de leurs membres avec une qualité garantie et des prix plutôt compétitifs, ces fermes certifiées biologiques nourrissent 8500 familles québécoises rien qu'avec le réseau ASC. «Nous avons lancé l'idée en 1995 avec une ferme test. En 2000, nous en avions 46 et aujourd'hui, nous en comptons 102. C'est le plus gros réseau bio au monde!» explique Alexandre Bancarel, chargé de projet à Équiterre. L'initiative a même séduit des entreprises comme Ubisoft ou Air Transat, qui proposent le service à leurs employés.

Le principe est simple: une personne choisit un point de dépôt proche de chez elle (il y en a 75 à Montréal) et contacte directement une des fermes qui l'approvisionne. Elle s'engage alors à devenir «partenaire» de cette ferme et à acheter sa production pendant la saison.

Tout le monde gagne!
Si on a tendance à penser que mieux manger coûte plus cher, ce n'est pas forcément vrai. Pour les paniers de légumes du réseau ASC, manger pour deux ne coûte que 15 à 20 $ par semaine. C'est moins cher que dans les épiceries biologiques proposant des produits de qualité équivalente. En revanche, il faut payer en début de saison, au moment où les fermes ont le plus de frais pour lancer la production, soit entre 300 $ et 400 $ en fonction de la durée.

Ce type de production est tout de même plus onéreux que les légumes de grande distribution. «Sur certaines périodes de l'année et pour certains produits, on arrive à des tarifs équivalents», nuance cependant Alexandre Bancarel. «Et puis, on met aussi l'accent sur le rapport humain. On connait les fermiers dont on est partenaire, on peut venir participer à la ferme, demander des conseils de préparation des légumes... Ça va plus loin qu'une relation marchande.»

Les paniers de légumes contiennent la production de la ferme en fonction de ses capacités et de la saison. On ne peut pas passer de commande précise. Les légumes poussent de manière «naturelle», sans aide chimique. Sans résidus chimiques, ils sont d'autant plus bénéfiques pour la santé.

Au final, ce type de consommation aide les fermes québécoises à survivre et à produire de meilleurs produits dans un cadre plus humain et moins polluant.

Au-delà du légume
Les coopératives alimentaires ont évolué et vont désormais plus loin que le classique panier de légumes. Le réseau ASC compte 9 fermes qui produisent de la viande découpée et certifiée bio. Dans ce contexte, c'est le partenaire qui choisit ce qu'il souhaite commander, en fonction des prévisions de la ferme.

La Fédération des coopératives d'alimentation du Québec regroupe 62 coopératives répartie partout dans la Province, pas seulement des fermes. À Montréal, la Coop La Maison Verte propose, outre les paniers du réseau ASC, des produits d'entretien et de soins personnels eux aussi écologiques. De quoi être vert jusqu'au bout des ongles! 

Pour en savoir plus, l'exposition «Manger santé et vivre vert» se tiendra à Montréal les 15, 16 et 17 mars, et les 23 et 24 à Québec.

Cours

 
Cours récents
Symbole Prix Changer % Var. 
Les derniers symboles vus seront automatiquement affichés ici si vous entrez un symbole dans « Entrer symbole/entreprise » au bas de ce module.
Vous devez activer les cookies dans votre navigateur pour voir les plus récents cours.
 
Ouvrir une session pour afficher les cours dans vos portefeuilles.