Vert.com veut stocker les données informatiques en silos

Le Québec manque d'endroits pour stocker les données informatiques, élément clé du développement des nouvelles technologies. Toutefois, de plus en plus de projets voient le jour, dont l'entreposage de données à la verticale.

Actuellement, la majorité des centres qui emmagasinent les données informatiques sont étendus sur de grandes surfaces et sont très énergivores. Mais grâce au centre de données vertical, moins d'énergie est consommée sur une plus petite superficie, ce qui a ses avantages dans une grande ville où le pied carré coûte cher.

La compagnie Vert.com travaille actuellement à un projet d'entreposage des données à la verticale de 75 millions de dollars au centre-ville de Montréal. Le projet, qui comprendrait 15 tours de quatre étages préfabriquées en usine, permettrait d'héberger 60 000 serveurs.

Vert.com souhaite aussi vendre ces tours, qui pourraient être exportées partout en Amérique du Nord, au coût de 5 millions de dollars chacune.

L'entreprise a un autre projet d'envergure, soit celui de stocker une centaine de milliers de serveurs dans le silo numéro 5 situé dans le Vieux-Port de Montréal. L'entreprise attend la réponse de la Société immobilière du Canada à ce sujet.

Le gouvernement péquiste vient d'ailleurs d'allouer 400 000 $ à Vert.com pour lui permettre de développer sa technologie, dans le but que le Québec puisse se positionner dans le marché mondial des centres de données, qui semble très prometteur.

L'an prochain, on s'attend à ce que les compagnies à travers le monde dépensent 120 milliards de dollars pour avoir accès à un centre de données.

Selon les experts, Québec a plusieurs avantages pouvant lui permettre de faire sa place dans le marché des centres de données, dont le faible coût de l'électricité.

« En priorité c'est l'énergie, explique Éric Mateu, président de Vert.com. (...) Deuxième avantage, c'est le froid naturel. Pendant au moins neuf mois de l'année, on a un refroidissement naturel qui va permettre de faire des économies d'énergie gigantesques. Le troisième avantage c'est qu'on est quand même au niveau du multimédia, du numérique, ou autre, très en avance et très bien placés sur la carte mondiale ».

De plus, les compagnies européennes préféreraient le Québec aux États-Unis parce que ces derniers sont assujettis au Patriot Act, ce qui donne le droit au FBI d'aller fouiller dans les données entreposées si l'agence soupçonne un lien avec des activités terroristes.

Coup de pouce pour les entreprises québécoises

En plus d'attirer les entreprises étrangères, la mise en place de centres d'entreposage de données dans la province profiterait aux entreprises centrées sur les nouvelles technologies qui y sont installées.

L'an passé, 540 millions de dollars ont été investis dans ces entreprises au Québec. Toutefois, les entreprises débutantes ont de la difficulté à prospérer sur le territoire québécois justement faute d'espace numérique pour stocker leurs données.

Le Québec semble sur la bonne voie. Un centre d'entreposage de données a été inauguré la semaine dernière par la compagnie Telus à Rimouski. Quant à la compagnie informatique française OVH, elle s'est installée dans une ancienne usine de Beauharnois au début de l'année.

Cours

 
Cours récents
Symbole Prix Changer % Var. 
Les derniers symboles vus seront automatiquement affichés ici si vous entrez un symbole dans « Entrer symbole/entreprise » au bas de ce module.
Vous devez activer les cookies dans votre navigateur pour voir les plus récents cours.
 
Ouvrir une session pour afficher les cours dans vos portefeuilles.