Politique - Assurance-emploi : des centaines de personnes manifestent dans l'Est du Québec

Près d'un millier de travailleurs saisonniers de l'Est du Québec menacés de perdre leurs prestations sont sortis dans les rues pour protester contre la réforme de l'assurance-emploi du gouvernement de Steven Harper.

À Mont-Joli, Forestville, comme à la Malbaie, les manifestants ont demandé à Ottawa de retirer certaines mesures de la réforme, entrée en vigueur le 6 janvier dernier janvier.

Ils joignent leur voix au mouvement de contestation qui prend de l'ampleur dans les provinces maritimes et l'Est du Québec.

Une dizaine d'autobus en provenance d'Amqui, de Rivière-du-Loup et de Matane ont convergé vers Mont-Joli. Environ 700 manifestants ont bloqué le carrefour giratoire de l'autoroute 20.

« Ce sont principalement des travailleurs saisonniers qui proviennent de tous les milieux; le tourisme, la forêt, les pêches, l'Agriculture. Mais on a aussi un appui des travailleurs qui travaillent à temps plein, puis qui réalisent à quel point ce genre de coupe là va affecter l'économie de la région », a expliqué le député bloquiste de la Haute Gaspésie-La Mitis-Matane-Matapédia, Jean-François Fortin.

Les travailleurs saisonniers font valoir que cette réforme leur fera perdre plusieurs semaines de prestation d'assurance-emploi par année. Certains affirment qu'ils devront se tourner vers l'aide sociale pour assurer la survie de leurs familles.

« On n'est pas intéressés de se faire couper notre chômage puis d'être obligés d'aller courir des milles et des milles pour aller travailler », a fait valoir l'un des manifestants, faisant référence à une nouvelle mesure qui pourrait obliger les prestataires à parcourir jusqu'à 100 km pour travailler.

« Ça pas d'allure pour nous autres, a lancé un autre manifestant. « Moi j'ai été coupé pour six semaines l'année passée », a-t-il raconté.

Les employeurs craignent pour leur part de perdre une main-d'oeuvre bien formée, si ces travailleurs doivent s'exiler pour gagner leur vie.

Manifestation à Forestville

Près de 250 personnes ont aussi manifesté du côté de Forestville, sur la Côte-Nord. Ils se sont donnés rendez-vous devant les bureaux de Service Canada et ont déambulé le long la route 138.

« Moi je viens de la région touristique de Tadoussac. À Tadoussac, la plupart des gens font le minimum d'heures, 520 heures, pour avoir droit (à l'assurance-emploi). Alors, s'il faut faire plus que ça d'heures, oubliez ça, à Tadoussac, ça va devenir vraiment difficile pour nous », a expliqué un manifestant.

Une autre manifestante s'est montrée préoccupée du sort des femmes de la Haute-Côte-Nord. « Moi je travaille pour le centre de femmes, l'Alliance des femmes de Sacré-Coeur. On est beaucoup interpellées par les femmes qui se questionnent à savoir, au niveau des coupures, qu'est-ce que ça va faire. Il y en a qui vivent des trous noirs, qui vont manquer de sous durant l'hiver », a-t-elle expliqué.

D'autres coups d'éclat sont prévus au cours des prochaines semaines dans l'Est du Québec et les provinces maritimes contre la réforme de l'assurance emploi, qui risque de pénaliser durement l'économie saisonnière de ces régions.

Les manifestants ont promis de se retrouver lors d'une grande manifestation nationale qui se tiendra à Ottawa, le 27 février prochain.

D'après le reportage de Luc Tremblay

Cours

 
Cours récents
Symbole Prix Changer % Var. 
Les derniers symboles vus seront automatiquement affichés ici si vous entrez un symbole dans « Entrer symbole/entreprise » au bas de ce module.
Vous devez activer les cookies dans votre navigateur pour voir les plus récents cours.
 
Ouvrir une session pour afficher les cours dans vos portefeuilles.