Montréal doit y mettre du sien pour obtenir une liaison directe vers l'Asie, dit le patron d'Air Canada

Le président et chef de la direction d'Air Canada, Calin Rovinescu, invite le monde des affaires de Montréal à se mobiliser, comme l'a fait Calgary, pour obtenir un vol direct vers l'Asie.

Dans une allocution prononcée devant la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, mardi, Calin Rovinescu a cité l'exemple de Calgary, qui a désormais une liaison directe vers Tokyo, au Japon, après avoir mis en place des mesures favorisant la rentabilité de cette liaison. À l'initiative de la direction de l'aéroport de Calgary et de divers membres de la communauté d'affaires, une agence de publicité a été instaurée à Tokyo.

Questionné par les journalistes à la fin de l'allocution de M. Rovinescu, le président de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, Michel Leblanc, n'a pas voulu faire écho aux critiques selon lesquelles Air Canada défavorise Montréal en matière de vols internationaux directs. À Calgary, a affirmé Michel Leblanc, la mobilisation a porté ses fruits : « Ils ont une ligne directe Calgary-Tokyo qui va devenir quotidienne à partir de l'été prochain. À la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, à Tourisme Montréal, à ADM [Aéroports de Montréal] et aux partenaires, on doit voir ce qu'on peut faire pour amener Air Canada à augmenter les liaisons aériennes directes. »

Michel Leblanc a réitéré les arguments invoqués par le président d'Air Canada, soit que le transporteur a une marge bénéficiaire de moins de 1 %. « Ils prennent des décisions prudentes », affirme Michel Leblanc au sujet du transporteur dont le siège social est basé à Montréal.

Le président de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain reconnaît toutefois que le milieu des affaires de la métropole est « frustré » par cette situation. À titre d'exemple, Toronto compte 63 vols directs vers l'Asie, alors que Montréal n'en a aucun.

Beyrouth et Pékin d'abord

Calin Rovinescu soutient qu'Air Canada instaurera, en priorité, des liaisons directes à partir de Montréal vers Beyrouth, au Liban, et Pékin, en Chine. Air Canada n'a pu aller de l'avant pour ces deux destinations jusqu'ici. Dans le cas de Beyrouth, le transporteur canadien n'a pas obtenu du gouvernement les autorisations nécessaires. Dans le cas de Pékin, les heures d'exploitation disponibles ne convenaient pas.

De plus, a dit le grand patron d'Air Canada, Montréal n'est pas la seule plaque tournante du transport aérien au pays. Alors que des pays comme la Grande-Bretagne, la France ou le Japon se contentent de n'avoir qu'une seule plaque tournante, selon Calin Rovinescu.

« Air Canada est un emblème [...] de survie et d'adaptation. Dans ce secteur très difficile, les survivants sont rares », a affirmé M. Rovinescu.

Lorsque les journalistes ont voulu questionner plus en profondeur Calin Rovinescu, ce dernier s'est esquivé par les cuisines de l'hôtel où il donnait son allocution.

Cours

 
Cours récents
Symbole Prix Changer % Var. 
Les derniers symboles vus seront automatiquement affichés ici si vous entrez un symbole dans « Entrer symbole/entreprise » au bas de ce module.
Vous devez activer les cookies dans votre navigateur pour voir les plus récents cours.
 
Ouvrir une session pour afficher les cours dans vos portefeuilles.