La démission du maire de Montréal soulage une partie du milieu des affaires

La démission du maire de Montréal suscite de nombreuses réactions. Dans le milieu des affaires, plusieurs estiment que le maire a pris la bonne décision, car il n'avait tout simplement plus la légitimité pour diriger la ville.

C'est le cas du président de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain (CCMM), Michel Leblanc, qui pense que des réformes majeures seront nécessaires à la Ville de Montréal pour rétablir les liens de confiance avec les citoyens. Toutefois, Michel Leblanc craint maintenant que la métropole ne sombre dans l'immobilisme.

Quant à Simon Prévost, le président des Manufacturiers exportateurs du Québec, il ne se fait aucune illusion, bien qu'il soit content du départ de Gérald Tremblay.

« Ça donnait une image de Montréal un peu bouffonne d'avoir un maire qui s'accroche. Alors c'est une bonne chose. Mais avec ou sans le maire, on s'enligne sur une année ou il ne se passera pas grand-chose sur le plan de la vision du développement de Montréal », dit-il.

À la Fédération canadienne des entreprises indépendantes (FCEI), on espère que le maire par intérim commencera par annuler la hausse de taxes prévue dans le récent budget.

« Si on a un message à lancer à la Ville de Montréal, c'est de faire le ménage dans l'administration et de réduire les dépenses avant de demander aux chefs d'entreprise et aux citoyens d'en faire davantage », affirme François Vincent, analyste principal des politiques à la FCEI.

Par ailleurs, la CCMM estime que le bilan de la gouvernance du maire Tremblay est mitigé. D'entrée de jeu, elle lui reconnaît avoir globalement amélioré la posture économique et financière de Montréal. Selon l'organisation, les finances se portent mieux qu'avant l'arrivée de Gérald Tremblay il y a 11 ans et de grandes réalisations, comme le Quartier des spectacles, font partie de son héritage.

En revanche, la CCMM souligne que les faits « troublants » révélés par la commission Charbonneau n'ont pas été corrigés par la gouvernance de Gérald Tremblay.

« Nous ne pensons pas que tout ça a commencé avec l'administration Tremblay, mais il était important et il aurait été préférable qu'elle corrige ces processus-là il y a longtemps », juge Michel Leblanc.

Radio-Canada.ca avec PC

Cours

 
Cours récents
Symbole Prix Changer % Var. 
Les derniers symboles vus seront automatiquement affichés ici si vous entrez un symbole dans « Entrer symbole/entreprise » au bas de ce module.
Vous devez activer les cookies dans votre navigateur pour voir les plus récents cours.
 
Ouvrir une session pour afficher les cours dans vos portefeuilles.