Il lance sa troisième entreprise à seulement neuf ans

A l'âge où les enfants jouent dans la cour de récré et s'affrontent encore aux billes, Henry Patterson, neuf ans, est déjà chef d'entreprise. Avec trois commerces à son actif, ce businesskid est le plus jeune entrepreneur de Grande-Bretagne.

Un commerce d'engrais, et deux boutiques en ligne

A peine avait-il appris à lire que Henry Patterson montait sa première entreprise. A tout juste sept ans, il a eu l'idée de vendre des sacs d'engrais pour 1 livre sterling (environ 1,50$). Ayant pris goût au commerce, le jeune garçon a ensuite ouvert son propre magasin sur eBay dans lequel il revendait des vêtements achetés en friperies. Une initiative qui lui a rapporté 150 livres sterling (environ 235$), relaie le Daily Mail.

Voilà que Henry vient de démarrer une boutique de bonbons en ligne appelée Not Before Tea. Dès la première semaine, il a enregistré plus de 100 commandes et réalisé les 10 livres sterling (environ 15 $) de profits qu'il s'attendait à faire en un mois.

Le surdoué de l'entreprenariat s'est occupé de tout, de la création du logo à la stratégie marketing. Il maîtrise sur le bout des doigts les notions de marges, tableur autres taxe... à l'heure où ses camarades de classe apprennent seulement les multiplications à deux chiffres. Qu'à cela ne tienne, Henry leur distribue fièrement ses cartes de visites sur lesquelles trônent la mention "directeur créatif" en espérant attirer de nouveaux clients. 

Un businessman en culotte courte

Avec ce commerce de sucreries, Henry a réalisé le rêve de tout enfant. "La meilleure partie de ce magasin de sucreries, c'est que je dois tester tous les produits", avoue-t-il. Mais pas question de se laisser distraire par une overdose de bonbons, Henry est avant tout un entrepreneur qui connaît bien son affaire. "Personne ne sait mieux quelles sucreries aiment les enfants qu'un enfant. Je touche 5% sur les recettes, que je dépense ensuite pour la boutique", dit-il.

Et parce que le jeune garçon ne voulait pas se contenter de vendre seulement des bonbons, il a eu l'idée d'inclure dans ses bocaux des stylos et des stickers que les parents pourront distribuer en guise de récompense à leurs enfants pour les encourager à se brosser les dents. "Je déteste me laver les dents après que j'ai mangé des sucreries, mais j'adore recevoir des autocollants chez le dentiste. C'est comme ça que j'ai eu l'idée", explique Henry, qui a déjà compris toutes les clés du marketing.

Déjà d'autres projets sur le feu

Avec un tel talent et un si grand sens du business, le jeune prodige ne compte pas s'arrêter là. "Je veux essayé de m'occuper de ce business pour les dix prochaines années, mais je veux en monter d'autres après celui-ci", confie-t-il. Mais plus que vendeur, Henry se voit surtout réalisateur. Il aimerait plus que tout écrire et diriger son propre film dans lequel il mettrait en scène des personnages de son magasin de bonbons. Un remix de Charlie et la chocolaterie ?

Cours

 
Cours récents
Symbole Prix Changer % Var. 
Les derniers symboles vus seront automatiquement affichés ici si vous entrez un symbole dans « Entrer symbole/entreprise » au bas de ce module.
Vous devez activer les cookies dans votre navigateur pour voir les plus récents cours.
 
Ouvrir une session pour afficher les cours dans vos portefeuilles.