Clôture Paris : le CAC40 grimpe de 2,5% !

LA TENDANCE

Le CAC40 a débuté l'année 2013 sur les chapeaux de roues, saluant l'accord budgétaire trouvé outre-Atlantique qui permet aux Etats-Unis d'éviter le fameux "fiscal cliff". L'indice parisien, en affichant une forte hausse de 2,55% ce mercredi, retrouve ainsi ses niveaux de juillet 2011, à 3.734 pts en clôture ! Wall Street bondit également aujourd'hui, après un indice ISM manufacturier proche des attentes et malgré des dépenses de construction quelque peu décevantes. Les investisseurs attendent désormais la publication ce soir des "Minutes" du FOMC (dernière réunion monétaire de la Fed).

ECO/DEVISES

L'indice ISM manufacturier national américain est ressorti à 50,7 pour le mois de décembre, très proche du consensus des économistes (50,4), contre 49,5 rapporté un mois avant. L'indice traduit une très légère expansion de l'activité manufacturière en fin d'année 2012.

Les dépenses de construction ont reculé de 0,3% en novembre aux États-Unis, selon le rapport gouvernemental du jour, alors que les économistes anticipaient en moyenne une augmentation de 0,6% en comparaison d'octobre. Les dépenses de construction pour novembre atteignent un rythme annuel ajusté des variations saisonnières de 866 milliards de dollars. Elles s'affichent tout de même en progression de 7,7% en glissement annuel.

Un accord a finalement été conclu cette nuit à la Chambre américaine des représentants. Cette dernière a approuvé le "deal" déjà entériné lundi entre le Sénat et la Maison blanche sur le fameux "fiscal cliff", qui permet donc aux Etats-Unis d'éviter environ 600 milliards de dollars de hausses d'impôts et de baisses des dépenses publiques automatiques...

Le président Barack Obama a salué le compromis avant de repartir aussitôt... en vacances. La Chambre des représentants US a ainsi adopté par 257 voix "pour" face à 167 "contre", un accord global qui prévoit de cibler la hausse de l'impôt sur le revenu aux ménages dont les revenus annuels dépassent 450.000 dollars. L'accord élargit l'assurance chômage de longue durée à 2 millions de personnes pendant un an, tandis que la réduction de 109 milliards de dollars du budget de la défense et de projets de politique intérieure est repoussée de deux mois.

L'indice PMI officiel chinois des directeurs d'achats du secteur manufacturier est resté stable en décembre, à 50,6, au plus haut depuis sept mois. L'indice équivalent établi par la banque HSBC est quant à lui ressorti à 51,5, soit son meilleur niveau depuis mai 2011.

Sur le marché des changes, l'Euro vaut désormais 1,3195$. Du côté du pétrole, le baril WTI ressort à 93,2$ et le Brent s'affiche à 109,2$.

VALEURS EN HAUSSE

* L'issue politique favorable sur l'échéance du "fiscal cliff" profite en premier lieu au secteur bancaire. Société Générale s'adjuge 5,3%, BNP Paribas monte de 4,4% et Crédit Agricole progresse de 4,3%. Natixis gagne aussi 3,5%.

* Alcatel-Lucent débute l'année en forte hausse de 5,3% sur la place parisienne. Après deux dernières séances de repli en 2012, le titre de l'équipementier télécom qui ne figure donc plus au sein du CAC40, s'offre un beau rebond au-dessus de la barre de l'euro symbolique. Le groupe continue de profiter de l'annonce d'un accord de financement avec Goldman Sachs et Crédit Suisse. En marge de cet emprunt, Alcatel-Lucent a rappelé viser pour 2015 une marge brute dans une fourchette de 35% à 37%, et une marge opérationnelle ajustée entre 6% et 9%.

* ArcelorMittal gagne 4,4%. Le groupe a signé un accord aux termes duquel la filiale ArcelorMittal Mines Canada (AMMC) entièrement détenue par ArcelorMittal et un consortium mené par POSCO et China Steel Corporation (CSC) vont conclure un partenariat sous la forme d'une joint-venture qui possédera les actifs de minerai de fer et d'infrastructure d'ArcelorMittal dans la Fosse du Labrador au Canada. Le consortium va acquérir un intérêt de 15% dans la joint venture pour un montant total de 1,1 Milliard de dollars, payable en numéraire, tandis qu'AMMC et ses filiales conserveront une part de 85%. Dans le cadre de cette transaction, POSCO et CSC concluront des accords de livraison de minerai de fer à long terme à proportion de leurs parts dans la joint-venture. Cette démarche s'inscrit dans la stratégie d'ArcelorMittal visant "à établir des relations stratégiques avec des clients clés", selon les termes employés par le sidérurgiste. En plus de POSCO et de CSC, le consortium comprend aussi certains investisseurs financiers. La transaction qui est soumise à diverses conditions de clôture, dont la délivrance d'une autorisation réglementaire par le gouvernement taïwanais, devrait se conclure en deux versements au premier et au deuxième trimestre de 2013.

* STM grimpe aussi de 4,1% et enregistre une troisième séance consécutive de progression.

* Total qui n'avait pas brillé en 2012, gagne 2,5%.

* Peugeot gagne 0,4%. Avec une baisse de 15,8% en décembre (-7,4% à nombre de jours ouvrables comparables), le marché automobile français a terminé l'année avec un peu plus de 2,28 millions de véhicules légers neufs (voitures particulières et utilitaires légers) immatriculés selon les chiffres du Comité des Constructeurs Français, ce qui correspond à une chute de 13,3% par rapport à 2011. Environ 350.000 véhicules de moins ont ainsi été immatriculés en 2012. Les immatriculations d'utilitaires légers ont un peu mieux résisté avec une baisse de 10,5% sur l'année, tandis que le volume de voitures particulières accuse une chute de 13,9% à moins de 1,9 million. Les constructeurs français ont continué à souffrir en décembre, en particulier Renault qui a vu ses immatriculations plonger de 28%, PSA étant dans la tendance du marché avec -15,4%. Pour PSA, 2012 se solde par des immatriculations en baisse de 16,6% à 700.928 véhicules, les marques Peugeot et Citroën affichant un recul comparable.

VALEURS EN BAISSE

* Renault rate le rebond et perd 0,3% ce mercredi. Le renouvellement de la Clio et des modèles Dacia Logan et Sandero devraient enfin apporter leurs contributions aux volumes, ce qui rend le Directeur Commercial Bernard Cambier optimiste pour 2013. Sur l'ensemble de l'année 2012, le groupe Renault a enregistré une baisse de 20% de ses immatriculations françaises à 551.334 véhicules légers et voit sa part de marché tomber à 24,1% contre 26,1% en 2011. La marque Dacia a limité son repli à 10%. "Le marché automobile a chuté en 2012, plus fortement que dans nos prévisions initiales : avec une baisse de plus de 13%, il est à un niveau historiquement bas, que nous n'avions pas connu depuis 1997", a commenté le Directeur Commercial de Renault. Concernant la contre-performance de Renault, Bernard Cambier l'attribue notamment au vieillissement de la gamme. Renault précise par ailleurs qu'avec un niveau de rabais maîtrisé, sa performance reste "saine", dans un marché extrêmement concurrentiel. La plupart des constructeurs ont en effet été contraint de multiplier les promotions sur la fin d'année pour écouler leurs stocks, ce qui devrait laisser des traces dans les résultats financiers du quatrième trimestre. Renault publiera ses résultats annuels 2012 le jeudi 14 février.

Actualit�s relatives :

Cours

 
Cours récents
Symbole Prix Changer % Var. 
Les derniers symboles vus seront automatiquement affichés ici si vous entrez un symbole dans « Entrer symbole/entreprise » au bas de ce module.
Vous devez activer les cookies dans votre navigateur pour voir les plus récents cours.
 
Ouvrir une session pour afficher les cours dans vos portefeuilles.