Des employés de Porter en grève à Toronto

Des employés au sol du transporteur Porter à l'aéroport Billy Bishop, au centre-ville de Toronto, ont organisé un piquet de grève près de l'aérodrome, après avoir déclenché un débrayage jeudi matin.

Les grévistes distribuent des dépliants aux voyageurs.

Les négociations qui se déroulaient avec l'employeur, Porter Aviation Holdings, n'ont pas réussi à mener à une entente. La compagnie avait confirmé, mercredi soir, que les 22 syndiqués concernés seraient en grève à partir de minuit une minute.

Par voie de communiqué, la compagnie s'est dite déçue que le syndicat ait choisi de quitter la table de négociations avant la conclusion d'une première convention collective pour ses membres syndiqués. Porter affirme toutefois qu'elle offre des conditions de travail avantageuses et souhaite être juste envers tous ses employés.

Les employés touchés sont notamment affectés au ravitaillement en essence des avions de la compagnie Porter, mais aussi de certains appareils d'Air Canada.

La question des salaires serait le principal point de discorde entre les deux parties. Selon le syndicat des employés au sol, le salaire de ses membres est l'un des moins élevés dans l'industrie, soit 28 000 $ par année en moyenne. Porter offrait uniquement une augmentation de 25 cents l'heure, indique le syndicat.

Les 22 travailleurs sont sans contrat de travail depuis qu'ils ont joint les rangs du Syndicat canadien des employés professionnels et de bureau en août dernier. La partie patronale avait déjà prévenu qu'elle envisageait de mettre ses travailleurs en lock-out, également jeudi, faute d'une entente.

Pas d'impact sur les passagers

Jeudi matin, Porter ne signalait aucun retard dans ses vols à partir de Toronto. Certains appareils ont même décollé en avance, selon le site Internet de la compagnie.

Mercredi, Porter avait déclaré qu'aucun vol ne devrait être annulé en cas de débrayage, puisque d'autres employés pourraient remplacer les grévistes. Les passagers ne devraient donc pas ressentir les conséquences du moyen de pression.

Le transporteur dessert nombre de municipalités canadiennes, comme Montréal et Ottawa, à partir de l'aéroport Billy Bishop, en plus de villes américaines, telles que Chicago et New York.

Le Syndicat canadien des employés professionnels et de bureau proteste contre l'utilisation par Porter de travailleurs de remplacement à Toronto, ce qui pose un « risque pour la sécurité publique ». Le syndicat incite également les voyageurs à boycotter le transporteur.

Pour sa part, la compagnie Air Canada, qui dessert Montréal à partir de l'aéroport du centre-ville de Toronto, indique avoir elle aussi un plan de contingence pour qu'aucun de ses vols ne soit touché en cas de débrayage. Le transporteur précise que ses appareils transportent généralement suffisamment de carburant de Montréal pour l'aller-retour, sans avoir à faire le plein dans la Ville Reine.

Cours

 
Cours récents
Symbole Prix Changer % Var. 
Les derniers symboles vus seront automatiquement affichés ici si vous entrez un symbole dans « Entrer symbole/entreprise » au bas de ce module.
Vous devez activer les cookies dans votre navigateur pour voir les plus récents cours.
 
Ouvrir une session pour afficher les cours dans vos portefeuilles.